6 mars, 2011

sortie DVD : A toute vitesse de Gael Morel

Classé dans : A toute vitesse — dominique @ 9:54

 

0atoutevitesse.bmp
  • Date de sortie : 25 Septembre 1996 réédité en DVD par OUTPLAY en mars 2011
  • Réalisé par : Gaèl Morel
  • Avec : Stéphane Rideau , Pascal CERVO , Elodie Bouchez , Salim Kechiouche
  • Durée : 1h26min
  • Synopsis :Quentin, vingt ans, fils d’ouvrier, vient de publier avec succès son premier roman. La joie du jeune homme est partagée par Julie, sa belle et fougueuse petite amie et par le ténébreux Jimmy, son ami de toujours. Lors d’une fête, Quentin rencontre Samir, un jeune beur qui tombe éperdument amoureux delui…
  • Entouré du duo d’acteurs des Roseaux Sauvages, Elodie Bouchez et Stéphane Rideau, Gaël Morel (Le Clan, New Wave, Après Lui) signe avec À Toute Vitesse un premier film empreint de romantisme, à la fois lyrique, physique et sensuel. Une œuvre à fleur de peau sur une adolescence en quête d’absolu.
  • Gaël Morel et Stéphane Rideau (César du meilleur espoir masculin) ont joué ensemble dans Les roseaux sauvages le superbe film d’André Tecchiné, puis le premier a dirigé le second dans Première neige, A rebours, A toute vitesse et Le clan . Stéphane sera à l’affiche du nouveau film de Gael Morel  » S’enfuir avec toi » qui sortira cette année
Salim Kechiouche http://www.dailymotion.com/video/xgk8j

28 mars, 2007

A toute vitesse

Classé dans : A toute vitesse,Bande annonce — dominique @ 22:12

Image de prévisualisation YouTube

26 mars, 2007

Journal l’Humanité

Classé dans : A toute vitesse,commentaires — dominique @ 15:13

Article paru dans l’édition du 16 mai 1996. dans Journal l'Humanité  dans A toute vitesse logohuma-small

Gaël Morel a l’intelligence chevillée aux corps

CINEMAS en France présente un choix de films de la nouvelle génération de cinéastes, « minoritaire, en rage et les poings dans les poches, comme la beauté », selon la définition qu’en donne Gérard Mordillat. « A toute vitesse » a ainsi été montré sur la Croisette (voir notre édition de mercredi 15 mai). C’est le premier long métrage d’un jeune homme de vingt-trois ans, après deux courts métrages. Gaël Morel est originaire de Villefranche-sur-Saône, cadre de son film. Rencontre à la terrasse d’un grand hôtel local, comme il se doit ici.

 

Vous avez-peur de devenir comme Quentin, qui rompt avec ses amis dans votre film après avoir commencé à se faire un nom avec son premier livre ?.

Je pense que la trahison va de pair avec l’idée de progression. De deux choses l’une : soit l’on estime qu’on n’a plus à évoluer et on s’arrête à tel ou tel stade. Soit on pense avoir d’autres choses à vivre, d’autres personnes à rencontrer et on accepte de changer. Il se trouvera toujours quelqu’un pour estimer que c’est une trahison. Qu’on écrive ou qu’on fasse des films, cette manière-là de fonctionner est présente. Dans le cas de Quentin, cela relève de la malhonnêteté. Pour ma part, je revendique que chaque chose que je fasse corresponde à une décision personnelle.

 

« A toute vitesse » se passe dans un milieu populaire, sans que la « banlieue » en soit le thème principal.

Je viens d’un milieu ouvrier et pendant longtemps j’ai eu honte de le dire, en particulier dans la section audiovisuelle de mon lycée, à Lyon, fréquentée par pas mal d’enfants de cette petite bourgeoisie de province. Je le revendique totalement aujourd’hui et je ne veux pas que l’on me reprenne sur ce sujet. Mon rapport à mon milieu d’origine est plus affectif que directement politique. Je n’ai pas à le revendiquer : ça y est parce que j’en viens. Ce n’est pas un « problème ». Comme le racisme n’est pas un « problème » tout au plus une absurdité. Et je montrerai dans mes films des personnages qui seront d’origine maghrébine, c’est, là aussi, parce que j’ai grandi avec eux. Il n’y a pas autant de médiocrité chez « ces gens-là » que ce que l’on peut en dire dans une presse très bourgeoise ou à « La marche du siècle ». J’ai été choqué par exemple qu’à la conférence de presse un journaliste me demande pourquoi c’était Samir qui était homosexuel. Pourquoi ne le serait-il pas ? Et, à la limite, pourquoi tous mes personnages ne pourraient-ils pas être maghrébins ? En tout cas, je trouve qu’il émane d’eux beaucoup de beauté, une sensualité infinie. L’idée qu’on est son corps me frappe beaucoup.

 

C’est une idée qu’incarne fortement Jimmy (Stéphane Rideau).

Je suis fasciné par les gens qui ont cette intelligence sensuelle, physique, que je trouve plus aboutie que l’autre forme d’intelligence. Savoir comment être avec son corps à un instant précis, c’est plus magique, de l’ordre du don, que l’autre forme, plus intellectuelle et qui donc s’apprend. Je n’ai pas envie de courir après celle-ci dans mes films. Le cinéma, pour moi, relève de la sensualité, de l’émotion, du physique.

 

Propos recueillis par M. G.

 

Rhône-Alpes Cinéma en décembre 2003

Classé dans : A toute vitesse,commentaires — dominique @ 15:09

Dans son numéro de décembre 2003, Rhône-Alpes Cinéma, consacre un article au nouveau film de Gaël Morel, qui s’est tourné en fin d’année dernière dans la région d’Annecy et ses alentouors. Voici, pour vous, quelques extraits de son interview ainsi que de celle de Salim Kechiouche. En attendant de voir le film sur nos écrans.

 

 Gaël Morel nous revient au cinéma avec un nouveau film dont il vient de finir le tournage : « Trois danses d’esclaves ». Celui-ci dresse le portrait de trois frères. Cela vous dis quelquechose ? Si les Inconnus en on fait une comédie délirante, Morel nous emmène dans une histoire qui prendra une tournure tragique bien différente. « C’est l’histoire de trois frères en trois temps, avec une personne qui traverse les trois parties, et un temps à part avec un quatrième personnage qui raconte le futur des trois frères… c’est une vengeance qui tourne mal. »L’homme, avec un petit « h », a un grand rôle dans le prochain film de Gaël Morel, voire le premier : « Le scénario de mon film est prétexte à montrer toutes les formes de masculinité. Quand les frères ont résolu leur rapport à la virilité, la femme arrive comme à la fin d’un western. C’est un film juste avec des hommes sans être dans la complicité mesquine contre les femmes. Ici, j’ai évacué la question du sexe entre hétérosexuels qui ne me passionne pas : la femme n’est pas un objet, ni un enjeu, elle apporte une légèreté à l’idée de virilité. » Deuxième rôle du film : le corps : « Rares étaient les a cteurs français qui étaient à la fois physiques et capables de bien dire leurs textes dans les années 80. Mis à part Depardieu et Dewaere, je ne vois pas. Il me semble qu’il existe encore et toujours une homophobie de principe qui dénie le désir du réalisateur derrière la caméra. Le corps masculin est tabou. Du côté des femmes, exceptée Claire Denis, la même culpabilité les empêche d’exprimer un désir frontal, la caméra est frigide. » Gaël Morel fait référence à Claire Denis car elle a en effet réalisé le sulfureux « Beau Travail ». Un ode à la beauté des corps d’hommes dans lequels les Denis Lavant et Grégoire Colin exposaient parmi d’autres légionnaires leurs muscles et le rapport trouble de la dominance entre hommes. On pourrait ajouter Catherine Breillat à la liste de Gaël. La réalisatrice, en effet, ne rougit pas derrière sa caméra pour montrer un Rocco Siffredi très en forme ou un Sagamore Stévenin en panne dans son film « Romance X ». Gaël Morel, lui, a constitué sa famille de cinéma. Depuis le milieu des années 90, il a renforcé des liens avec des acteurs qu’il a croisé sur les plateaux de tournage. Des acteurs que Gaël a fait tourné dans ses propres films comme par fidélité (ou amitié ?) … Salim Kechiouche, 24 ans, en fait partie. Il connaît le réalisateur depuis 10 ans. « Gaël Morel, dit-il, c’est un visionnaire qui sort des carcans habituels. Il est speed et calé, très concentré, j’ai confiance en lui. Quand on est arabe, on entre dans le cinéma par les rôles de « caillera » ou d’homos. La seconde solution m’a choqué, mais m’a aidé à casser des tabous. Je sais que je peux jouer autre chose, je me forme au théâtre à la « Scène sur Saône » à Lyon, entre deux tournages. » Salim Kechiouche a tourné sous la direction de Gaël Morel dans « Premières neiges » et « A toute vitesse ». Un film où on retrouvait Stéphane Rideau, autre acteur fidèle à Morel qui depuis « Les roseaux sauvages » ont lié leur carrière respective. « Tu seras un homme », « Premières neiges », « Loin »… avec de telles collaborations, on constate que Loin ils ne le sont pas quand il s’agit de cinéma !Dernier arrivé dans le clan Morel, c’est Nicolas Cazalé. Premier rôle dans son dernier film « Les chemins de l’Oued », Nicolas Cazalé reprend du service pour ces « Trois danses d’esclaves ». « Ma rencontre avec Nicolas, raconte Gaël Morel, c’est une série de hasards qui tiennent de l’évidence. J’étais parti pour rencontrer un acteur connu. Il est venu avec un copain à lui, à qui je trouvais une présence incroyable. Il s’ets avéré que ce copain était acteur, et qu’il était réellement franco-algérien. C’était Nicolas. J’ai refusé de lui faire passer des essais tant mon personnage s’incarnait évidemment en lui ». Quand on voit l’affiche alléchante du reste de la distribution du film, on se dit que si tous rejoignent le clan Morel, on ne peut qu’attendre avec impatience le prochain film de Gaël Morel. Un réalisateur qui sait s’entourer ! Vincent Martinez, Bruno Lochet, Aurélien Recoing, Samuel Labarthe, Olivier Perez. Rien que ça, mais rien d’étonnant les rôles foisonnent dans « Trois danses d’esclaves » : 5 rôles principaux et 30 rôles secondaires ! C’est l’impatience qui nous gagne. Surtout qu’aucune date n’est encore arrêtée pour la sortie du film. On vous préviendra le plus tôt possible…

interview de Gael Morel sur Unifrance

Classé dans : A toute vitesse,commentaires — dominique @ 15:05

lu sur  interview de Gael Morel sur Unifrance dans A toute vitesse logo_unifrance_2

Unifrance : « Pourquoi vous êtes-vous tourné vers la réalisation après le succès des « Roseaux sauvages » d’Andé Téchiné ?
Gaël Morel : «  »Les Roseaux sauvages », ce fut un accident. Je n’ai pas vraiment cherché à être comédien. J’ai toujours voulu réaliser des films. Javais d’ailleurs déjà signé un court-métrage « La Vie à rebours ». »

Unifrance : « On vous a pafois reproché votre traitement de la banlieue… »
Gaël Morel : « Il faut savoir que les banlieues de province nont absolument rien à voir avec l’idée qu’en donne actuellement le cinéma. Les comédiens que j’ai choisis, m’ont beaucoup aidé à ne pas tomber dans le côté « caricatural » du film sur les banlieues. Car le vrai sujet n’est pas là. Le film raconte l’itinéraire d’un jeune homme qui espère devenir écrivain et ses relations avec les jeunes gens de son âge. »

Unifrance : Comment avez-vous financé votre film , »
Gaël Morel : « Mon producteur a lu le scénario alors qu’il n’était pas dactylographié. Mais j’avais réalisé un court-métrage avec la société Magouric Productions et c’est Laurent Bénégui qui m’a aidé à financer le film. J’ai aussi obtenu l’avance sur recettes. »

Unifrance : « Etes-vous satisfait du résultat ? »
Gaêl Morel : « Je suis surtout satisfait de certaines scènes inspirées de faits personnels. Ce que j’aime dans ce film ce sont ses accents de sincérité et ce qui va contre toutes les idées reçues. »

14 mars, 2007

a toute vitesse

Classé dans : A toute vitesse,Photos — dominique @ 22:53

a toute vitesse  dans A toute vitesse atoutevitessee

A toute vitesse

Classé dans : A toute vitesse — dominique @ 22:40

Réalisation, production, distribution

Réalisateur Gaël Morel
Scénariste Catherine Corsini
Gaël Morel
Producteur Laurent Bénégui
Exportation/Distribution internationale Vértigo Films , France
Production Magouric Productions , France
A toute vitesse  dans A toute vitesse empty
Acteurs
empty dans A toute vitesse
empty
Elodie Bouchez Julie
Stéphane Rideau Jimmy
Pascal Cervo Quentin
Mezziane Bardadi Samir
Romain Auger Rick
Salim Kechiouche Jamel
Mohammed Dib Karim
Hasan Akyurek Le boucher
Marie-Claude Bacon Cliente de la FNAC 2
Ryad Benkouider Ami de Jimmy 6
Nassera Benlaloui Fille au Luna Park 2
Hacina Bouhamadi Femme de la ruelle
Stéphane Bouillard Racketteur 2
André Bouvard Le flic
Jean Branche Gitan 1
Christiane Charlet L’infirmière
Silvère Demule Skinhead 2
Laurent Diomande Ami de Jimmy 5
Nicolas Dixmier Animateur radio 2
Christine Dubouchet Cliente de la FNAC 1
Anne-Laure Euvrard La chanteuse
Frédéric Fargier Ami de Jimmy 1
Fabrice Farison Le pianiste
Patrick Geoffray Skinhead 3
Estelle Granet Anna
Abdel Guedichi Racketteur 3
Kena Guines La gitane
Sabar Hamai La garçon au flipper
Frédérique Hurpeau La mairesse
Alain Husson Skinhead 1
Thierry Josson Gitan 2
Missoum Laimene Ami de Jimmy 4
Aurélien Morel Le serveur
Paul Morel Le père de Quentin
Youcef Ninach Ami de Jimmy 3
Michel Petit Client à la FNAC 2
Nabil Sadji Animateur radio 1
Joaquim Sa Le garçon de la petite annonce
Hanafi Soul Racketteur 1
Patrice Thomas Ami de Jimmy 2
Karine Valverde Fille au Luna Park 1
Stanislas Vart Client à la FNAC 1
Bernard Villeneuve Le journaliste
empty
Equipe Technique
empty
empty
Directeur de la photographie Jeanne Lapoirie
Monteur Catherine Schwartz

atoutevitesseitalie

 

Classé dans : A toute vitesse — dominique @ 22:39

 dans A toute vitesse atoutevitessed

A TOUTE VITESSE

Jimmy l’insoucieux a pour ami Quentin, un fils d’ouvrier qui devient célèbre en écrivant. La joie du jeune homme est partagée par Julie, sa belle et fougueuse petite amie. Lors d’une fête, il rencontre Samir qui vient de perdre son ami. Quentin veut écrire l’histoire de Samir. Cette rencontre sur fond de crise sociale perturbera et révèlera chacun d’entre eux.

autre titre : Full Speed (USA)
………………. A tutta velocita (Italie)
Durée: 85 min / USA:105 min

sortie en salle : le 25 septembre 1996
empty dans A toute vitesse
empty 
Réalisateur Gaël Morel
Scénariste Catherine Corsini
Gaël Morel

Full speed

Classé dans : A toute vitesse,affiches — dominique @ 22:37

Full speed dans A toute vitesse atoutevitessec

A toute vitesse l’affiche

Classé dans : A toute vitesse,affiches — dominique @ 22:36

A toute vitesse  l'affiche dans A toute vitesse atoutevitesse

HONOR DE CAVALLERIA |
le blog du ciné |
azizkholio1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Maurice Cucul (maire de Cucul)
| Poudlard Scoop
| Le Monde Magique d'Harry Po...